4 thoughts on “3ème randonnée printanière avec Pollen du côté “d’Allume Pipe”

  1. il faut dire que les Farassous sont de bons chrétiens, en principe, ils n’ont pas chassé st Régis

  2. Per Pentecotas l’en dit que le Sent-Esprit era tombar sur las tetas daus apotres sous formo de linga de fuoc. Aqueste jorn qu’ei pas le fuoc qu’o mandar. A tombar en ploia; le tronaire sei mai boutar à barountar. Et per achabar la neulas en tot eicondut. Aria pas boutar un chin afora.
    Pamens m’ero plantar a la pique dau jorn per anar faire quelo randonaa dau la de Sent-Agreve, bien announcar per Roger et que prometio d’esse superbo, embe un rejauchoun qu’anavan partajar su l’herbo.
    Me veici adonc approunta, équipa, la biasso plena sans essubla lo pinto, sus la partanço embe moun fraire. D’en pau mai nos rendian e Sent-Agreve directamen.
    Quele bougre de Roger avia juste essubla de nos dire qu’a qu’ero annular. Lo Sent-Esprit l’avia bleu pas inspirar et soun “chmartfone” n’en faguet pas maï. Urousament qu’en arrivant au village la Marie nos diguet ce que n’ero.
    Alors aneren beure un café et minjar le gato qu’avia far. Era fran bo. N’en profiteran per far de “toponymie”.
    “La Chavenere” (oustaou de Jean-Claude) es un endreit creusar dins la rocha et embe quaquas peiras neiras. Parei que qu’a s’era mai apelar “la claira”, mas sabo pas perque. Marie a maï parlar de son joine tems onte la filhas poviant pas anar dins la maisons ont li avia que de garcons, et maï diuns quauques autres endreits de perdicion….
    Si qu’a se torna produire penso que devrian anar partajar lo piquenique e Roger e Monique!

  3. Veiquia la revirado: voilà la traduction:
    Pour Pentecôte il est dit que l’esprit saint était tombé sur la tête des apôtres sous la forme de langues de feu. Ce jour ce n’est pas le feu qu’il a envoyé. Il est tombé en pluie; le tonnerre s’est lui aussi mis à gronder. Et pour tout achever le brouillard a tout caché. On aurait pas mis un chien dehors.
    Pourtant je m’étais levé dès potron-minet pour aller faire cette randonnée du côté de Saint-Agrève, bien annoncée par Roger et qui promettait d’être superbe avec un casse-croute que nous allions partager sur l’herbe.
    Me voilà donc préparé, équipé, le sac plein sans oublier la pinte, sur le départ avec mon frère. Pour un peu nous nous rendions directement à Saint-Agrève.
    Ce bougre de Roger avait seulement oublié de nous dire que la sortie était annulée. Le St-Esprit ne l’avait peut-être pas inspiré et son smartphone n’en fit pas mieux. Heureusement qu’en arrivant au village la Marie nous expliqua ce qu’il en était. Alors nous allâmes boire un café et manger le gâteau qu’elle avait fait; il était très bon. Nous en profitèrent pour faire de la toponymie.
    Ainsi “la Chavenere” (la maison de Jean-Claude) signifie un lieu creusé dans la roche et possède quelques pierres noires. Il paraît que ce lieu s’est aussi appelé “la claire” mais je ne sais pas pourquoi. Marie a aussi parlé de ses jeunes années où les filles ne pouvaient se rendre dans les maisons où il n’y avait que des garçons et aussi de quelque autre endroit de perdition…
    Si cette situation se renouvelle, je pense que nous devrions aller partager le pique-nique chez Roger et Monique!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Filtre Anti Robot *