Le Patois Ardéchois

Rediffusion du “Patois de chez nous”.

Cet article arrive largement en tête de toutes les publications de Noz’infos: à ce jour, il  a été lu plus de 53 000 fois et a fait l’objet de plus de 30 commentaires.

Capture d’écran 2016-02-23 à 08.05.58Capture d’écran 2016-02-23 à 08.06.09Capture d’écran 2016-02-23 à 08.06.22Capture d’écran 2016-02-23 à 08.06.35Capture d’écran 2016-02-23 à 08.06.47

38 thoughts on “Le Patois Ardéchois

  1. très bel article, très intéressant, les livres du père dufaud sont très bien écrits pour lecteurs confirmés à la langue du patois, ou pour les non initiés dont je fait partie, mais attention peut être que je vous raconte des mensonges moi la personne de Nozières

  2. un jour c’est l’orthographe, un autre le patois. Noz’infos se pose en défenseur du patrimoine et de certaines valeurs.
    Car si l’on sanctionnait l’usage du patois à l’école les anciens savaient bien écrire le Français: porte-plume, déliés, orthographe et grammaire respectées. Mais on ne peut s’opiniâtrer ni se capricer à vouloir vivre dans le passé ; il faut bien être de son temps!
    A chau pauc tot se’n vai!
    Per lo patoès, que los anciens parlan encara de biais, mancaria pas gran via per que los joèines l’eicharaunhan pas trop. Dins lo club de la flous d’Ardecho se deu be touvar qauquis uns qu’en pas trop eissubla. Quei lo moment de se li botar!

    • Churamin y en a qu’an pas eissubla, chaudrio demanda per si rebota. Lou joèines serian tou countin de parla patoè

    • bonjour j’adorerai parler ou savoir des mots patois pouvez vous mes transmettre

  3. bravo michel, gérard, je ne sais pas si aux fleurs d’archèche se trouvent des anciens qui parlent patois

  4. quéqué épeira per mounta votré clubé et Nougeira ?????????

  5. chodrio trouva quocu per s fèïre n’in couneissou pas..

  6. Bonjour,

    Originaire de Saint-Montan (extrême Sud du 07), je cherche une petite traduction en UN des patois de notre montagne Ardéchoise (plateau, tanargue,) :
    “Garçon de la Montagne”

    Peut-être pourriez-vous m’orienter.

    J’ai trouvé une traduction “Gorchou de lo mountagno” mais il s’agit apparemment d’un patois occitan, pas forcément donc Ardéchois.

    Je vous remercie par avance pour votre aide !

    Salutations,

    Esteban MATHON

    • En réponse à M. Mathon

      Bien difficile de vous orienter… vous pouvez peut être contacter l’association “Chantelermuze” à Saint Victor ou l’atelier patois ardéchois de Saint Apollinaire de Rias et Vernoux

      • Pour info à nos lecteurs

        A ce jour(05/04/2107), notre article paru en février 2016, a été lu 2728 fois … beau succès de publication !!!

    • Bonjour, Esteban de St-Montan !
      vous avez une grande chance: St-Montan a été choisi pour faire des enquêtes pour l’Atlas Linguistique du Languedoc Oriental (ALLOr), c’est le point 07.02. Donc vous avez accès sur le site “thesaurus oc” (je crois?) à plus de 1000 mots avec leur prononciation exacte car ces Atlas sont écrits en phonétique !
      Pour une traduction, vous avez l’association des Vans “la faraça” qui pourrait vous aider (pub gratuite et désintéressée : la faraça est occitaniste et je ne le suis pas!)

  7. bonjour
    connaissez vous l’ origine du mot ” Bourange” ?
    grand carré de toile (jute ?) avec un lien au quatre coins et qui servait a transporter le foin à dos d’ homme , comme le faisait mon grand père à Tauriers dans les années 50 .
    Merci
    Dr francis Le Moine

  8. salut aux habitants de Tauriers: los esterpa-brujas.
    Dans la région de Nozières on parle plutôt de “borrenc” , “bourren” dont l’usage était identique et assez constant au vu du relief et des prés en pente interdisant d’autres moyens de transport. On trouve aussi “la borrassa” ou “bourrencha”, le drap de vannage recueillant le grain après battage au fléau “escoussou”, avant de le passer au “ventadou”.
    ce “bourren” s’attachait selon une technique bien particulière (que j’ai oubliée).
    Quant à l’origine j’y vois une étymologie latine: ” burra”, étoffe grossière, grosse étoffe de laine brune, voire bure dont se vêtaient les moines.

    • BOUREN s.m. Diminutif Bourenquet, péjoratif Bourencas. Drap de grosse toile (de jute) qui sert à porter du foin, de la paille, etc. Cf. Bouras, Lençòu, Serpihèiro.

      Je vous joins ci-dessus le petit article “Bouren” de mon Dictionnaire Cévenol-Français (qui inclut les parlers de l’Ardèche méridionale)

  9. Un rectificatif sur l’origine du mot PATOIS : contrairement à ce que dit (sûrement de bonne foi) l’article, ce n’est pas un mot infamant, bien au contraire: selon Mistral (prix Nobel de Littérature pour son oeuvre toute en “patois”), selon Larousse et selon La Fare-Alais (le Mistral cévenol), le mot “patois” provient du mot latin signifiant “patrie”: le PATOIS c’est la LANGUE DES PERES, DES ANCETRES.
    C’est donc un titre de gloire que de pouvoir dire “je parle patois” (parle patouès, en cévenol) !
    Je dis ça pour tous ceux qui pourraient avoir honte de leur patois parce qu’on leur a dit que c’était un mot “sale” : le mot est beau, il est d’origien noble, et la langue patoise est encore plus belle que le mot !

  10. Je suis frappé par la ressemblance des patois de la Montagne Bourbonnaise avec la Montagne Ardéchoise!

  11. Quelle est l’origine ou l’étymologie de “cousina” ou “cousinat” ?

    • Le COUSINAT, potage de châtaignes sèches en Cévennes (selon Mistral), ça vient tout simplement du verbe COUSINA qui veut dire “cuisiner”. Le COUSINAT mot à mot c’est le “cuisiné” c’est-à-dire une préparation culinaire si commune en Cévennes qu’on n’avait pas besoin de préciser qu’il s’agit de châtaignes. On est comme ça nous les Cévenols (d’Ardèche et d’ailleurs): simples et précis dans notre langue !

  12. Bonjour quelqu’un saurait me traduire ça en patois ardéchois ?
    Ne laisse jamais tombé…
    Merci d’avance

  13. En réponse à Jp:
    Laisso jamai Tounba r

    • Merci michel le r et compris dans le dernier mot ou pas ?

      • Non on ne prononce jamais le -R de l’infinitif, c’est pourquoi il est mieux de ne pas l’écrire:
        LAISSO JAMAI TOUMBA !

        Mais si c’est pour dire “n’abandonne jamais”, alors on ne dira pas “laissa toumba” mais plutôt “boura” ou “cala”:

        BOURES PA JAMAI ou CALES PA JAMAI

  14. Bonjour,
    intéressée, je voudrais savoir où l’on peut se procurer ses ouvrages sur le patois et aussi si la photo de classe est d’une école de Nozières (année et noms…).
    D’avance merci.

  15. Le dictionnaire Français – Nord occitan est édité chez Jean Pierre Huguet (ISBN 2907410237)
    Des photos de classes sont disponibles sur Noz’infos dans la rubrique “infos Noz’Hier”
    Cordialement

  16. Bonjour
    je chercher la traduction des mots famille et bonheur et espoir
    Si quelqu un a traduction
    Merci

  17. Plusieurs versions sont utilisées selon les régions. Dans la nôtre je m’en tiens à l’usage, aux dires du lexicographe de LAFARRE (Joannes DUFAUD) ou encore aux écrits de Marie MOURIER (quand èro petiotona) :
    – famille: familha, famiho; oustalado (les habitants (famille) d’une maison)
    – espoir: espèr, espèro; espera = attendre, espérer. A l’espèro: à l’affût (pour les chasseurs). Esperanço: espérance.
    – bonheur:bonèr; bonéür; comme eüros (heureux) ou “maleüros coma las pèiras (malheureux comme les pierres); benuranço: félicité.

    • Merci beaucoup pour votre réponse j abuse de votre savoir
      Je me permet de demander encore un mot c’est arc en ciel
      Cordialement

      • littéralement je serais tenté d’écrire “arc-de-cial”. Mais un dicton rend plus joli ce phénomène: “arquet lou matin, la ploia es en chamin”
        arc en ciel le matin, la pluie est en chemin.
        Djoucamaï.

        • Merci pour vos réponses
          Savez vous où je pourrais trouver un lexique car j ai encore quelque mot comme enfant et étoile
          Cordialement

  18. 2 mots seulement mais la richesse du patois, selon les régions voire selon les villages, offreune quantité de traductions:
    – enfant: los enfants (prononcer eufants) , éfantou, drôle , droulet, drolleta, pichot (petit enfant)…
    – étoile: eitoèla, estela, estelle (du latin stella) Le soir regardez le ciel: “quand la estelas son najadas, lo temps vai chanjar”..ce qui arrive souvent actuellement.
    – arc en ciel: en plus de arc en cial ou arquet on trouve arcolan ou arcol (qui signifie aussi alcool).
    De nombreux lexiques ou dictionnaires existent. Pour ma part j’utilise surtoutles plus locaux:
    – l’occitan Nord-Vivarais de Johannes DUFAUD (édité par l’auteur)
    – Dictionnaire du parler de l’Ardèche par Claudine FRECHET (La bouquinerie Valence); intéressant car reprenant les expressions locales.
    – dictionnaire du patois cévenol éditions lacour
    – En co nostre: parler du pays des Vans et qui produit “La Faraça.
    Djoucamaï

    • Bonjour avez vous la traduction du mot papa et maman merci

      • Facile : “papa” c’est.. PAPA, et maman c’est MAMA.
        Le grand-père: lou papet (prononcez “papé”
        la grand-mère: la mamet (parfois: mameto)

        Joio !

  19. a Nozieres on dit plutôt “poupa” et “mouma” mais ce ne sont que des variantes locales, selon les circonstances, plutôt que “lou papa” et “la mama”.

    • Merci !
      Avez vous la traduction de” mes chers enfants “?
      Cordialement

  20. Bonjour,
    Félicitations pour vos articles sur le patrimoine linguistique ardéchois.
    Pourriez-vous me dire où je puisse trouver l’ouvrage de Johannès DUFAUD “L’occitan Nord-Vivarais” ?
    Bien à vous,
    Denis

    • Cet ouvrage peut se trouver sur Amazon, librairies.fr, Fnac..

      Le Monde écrivait le 04 janvier 1987 à propos du Dictionnaire vivant l’Occitan nord vivarais”:

      ” un ouvrage de référence sur l’occitan était attendu en Ardèche et Loire et plus spécifiquement dans le Nord-Vivarais. C’est désormais chose faite avec la publication du dictionnaire d’occitan signé par le Père Joannès Dufaud. Elevé sur le plateau ardéchois, bercé par une langue qu’il parlait couramment étant enfant, Joannès Dufaud a perdu la pratique de l’occitan en entrant au séminaire. Plus tard, professeur de latin dans un lycée catholique d’Annonay, il s’est vite aperçu du rapprochement entre les deux langues, l’une bien vivante, l’autre morte. C’est cette filiation qu’il a voulu souligner à travers son ouvrage. Grand défenseur de l’occitan et de son unité dans toutes les régions concernées _ “un Bordelais peut se retrouver dans mon dictionnaire”, _ il insiste également sur les différences qui font “toute la richesse de la langue d’Oc”, en soulignant les divergences existantes de l’Adret vers l’Ubac… “En moins de 10 kilomètres dans notre région, on peut rencontrer des prononciations et des mots différents. C’est toute la géographie mouvante de l’occitan que j’ai essayé de révéler. Pour ce faire, le Père Dufaud a utilisé la graphie normalisée et habituelle pour tout le sud de la Loire avec de nombreux éléments de prononciation mis à la disposition du lecteur, et il a réalisé une vingtaine de pages de grammaire occitane. Plus de neuf mille vocables sont recensés dans ce dictionnaire. ” J’ai écrit l’Occitan à la façon des troubadours du quatorzième et quinzième siècle, avec beaucoup de rigueur et de clarté. C’est un langue qui ne souffre aucune médiocrité parce qu’il s’agissait avant tout, à cette époque, de bien se comprendre. “

  21. Bonjour,

    Connaissez vous la traduction de : Maison, Immobilier, en patois ardéchois ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Filtre Anti Robot *